Le choix d’un décodeur, en particulier sonore, est difficile. Récemment j’ai beaucoup utilisé le Doehler & Haass SD18A.

Aperçu

Le Doehler & Haass SD18A est un décodeur pour l’interface numérique Next18. Il s’agit d’une interface digitale de plus en plus courante en Europe, dont j’avais déjà parlé positivement (Interface Next18: l’avenir du N en digital?). J’avais également proposé un aperçu des interfaces numériques dans un article devenu depuis assez populaire (Prises digitales: ils sont devenus fous).

Certaines marques, dont Arnold, équipent déjà certaines locomotives de l’interface Next18, en lieu et place de la bonne vieiille NEM651. On peut aussi, avec un peu de bricolage, ajouter une interface Next18 sur des vieux modèles. J’ai moi même converti pas mal de modèles (exemples: Hobbytrain KLV 53 avec son, Next18, Arnold VT 08 médical de l’US Army digitalisé avec son, Hambourgeois Volant Kato (avec son, Next18, LEDs…) ).

Le SD18A est un décodeur sonore tout en un DCC, Motorola et Selectrix. Mon introduction sur les décodeurs sonores explique ce concept (Sonoriser les trains, une introduction).
Parmis les concurrents directs: l’ESU Loksound Micro v4.0 Next 18 (référence 54898), ou le Zimo MX658.

Le point fort du SD18A: son prix. À environ 60€, il est jusqu’à 30% moins cher que ses concurrents.
Il est aussi plus plat, avec seulement 25,0 * 9,5 * 2,8 mm. Bien sûr, tout décodeur Next18 sonore devrait passer dans une locomotive munie de l’interface Next18S. Mais si vous équippez des vieilles locos en bricolant, la hauteur réduite peut être bien pratique.

Comme pour tout décodeur Next18, l’installation du décodeur ne prends qu’une seconde si l’interface Next18S est présente: clipser, et puis c’est tout. Attention cependant, certaines locos sont prévues pour des décodeurs Next18 non sonores, auquel cas le SD18A (et les concurrents) seront trop grands.

Doehler & Haass SD18A en test: vue de dessous

Vue de dessous

Doehler & Haass SD18A en test: vue de face

Vue de face

Doehler & Haass SD18A en test: vue de côté

Vue de côté

Fonctions

Pas de surprise au niveau des fonctions: le standard Next18 est respecté, y compris la présence de deux sorties supplémentaires (par exemple pour de l’éclairage).
Avec le dernier firmware de 2015, D&H a même activé encore 2 sorties supplémentaires. Elles sont non amplifiées et se trouvent sur le décodeur même, s’adressent donc plutôt aux bricoleurs (l’interface Next18 ne fournit pas assez de sorties intégrées).

Pour le son, avec 32Mo de mémoire, on peut stocker 190s de son. Cela devrait suffire dans la plupart des cas, sauf si vous aimez stocker de longues annonces de gare.

La page officielle Doehler & Haass SD18A fournit les spécifications détaillées en Allemand.

Programmation

La programmation des CVs se fait sans problème avec toute centrale DCC ou Selectrix. Bien sûr, vous pouvez aussi utiliser un Doehler & Haass programmer.

Comme pour tous les décodeurs D&H, certains amateurs pourraient être déçu par l’absence de certaines fonctions avancées. Contrairement à ESU ou Zimo par exemple, il n’y a pas de fonction de clignotement des lampes. C’est par exemple un problème pour les amateurs de rail US.
Personnelement, les options D&H me suffisent amplement. De plus, je trouve que les décodeurs de la marque se comportent vraiment bien avec les moteurs en N.
Le bon côté est aussi que le SD18A est plus facile à programmer qu’un décodeur Zimo ou ESU. Ces derniers ont des centaines de CVs, dont la plupart des modélistes n’ont pas toujours l’utilité.

Choix des sons

Doehler & Haass s’est développé récemment dans le domaine du son. Les projects actuels sont visibles ici.
Cette librairie est clairement beaucoup plus petite que celles d’ESU ou de Zimo. Elle s’agrandit constament depus 2 ans par contre.
Si vous aimez avoir exactement le bon projet sonore pour votre locomotive, alors D&H n’est peut être pas (encore) pour vous. Quant à moi, un son approchant me suffit la plupart du temps. Par exemple, ce petit locotracteur diesel:

Comme toujours, la plupart des bons détaillants vous vendant le décodeur peuvent uploader un projet sonore pour vous. L’autre option pour les plus chevronnés est bien sûr d’utiliser le programmateur de la marque, passé en revue ici (Test du Doehler & Haass Programmer). Pour le moment tous les projets sonores sont 100% gratuits, contrairement à Zimo par exemple.

Téléchargement des sons

Avec le programmer, vous pouvez télécharger des sons vous même. Malheureusement, ce n’est pas aussi facile avec le SD18A qu’avec la concurrrence.
ESU et Zimo permettent par exemple le téléchargement de sons via la voie de programmation, sans besoin d’ouvrir la locomotive. Avec le SD18A, ce n’est pas possible.
Il faut retirer le décodeur, et utiliser une interface Next18 pour connecter les Pins SUSI à l’interface correspondante sur le programmeur. Cela implique donc l’ouverture de la loco.

Doehler & Hass ne propose pas encore d’adaptateur adéquat. Pour ma part, j’ai donc bricolé un petit adaptateur:

Doehler & Haass SD18A en test: interface SUSI perso

Interface SUSI perso

Doehler & Haass SD18A en test: télécharment de sons

Téléchargement de sons

Conclusion

Pour 60€ environ, le Doehler & Haass SD18A est une affaire. Pour ce prix, on a un décodeur sonore complet, multiprotocole et moderne. Dans tous mes tests, le son était bon. Mais en N, attention: le son dépend surtout de la qualité du haut-parleur…

Le SD18A a deux principaux inconvénients par rapport à ses conccurents:

  • Un accès à une base de donnée sonore encore limitée, mais en cours de développement.
  • Pour les bricoleurs, le besoin de connecter l’interface SUSI pour changer les sons (pas d’upload via la voie de programmation).

Pour ceux qui sont prêts à faire ces petits compromis, le SD18A reste un excellent décodeur qui mérite d’être connu. Je l’ai déjà installé dans plusieurs locos et autorails sans problèmes.

[review]