Un petit commentaire et un « match » Uhlenbrock contre ESU à propos de deux nouveautés annoncées à la foire de Nuremberg 2014.

Vogtlandbahn_dtw

Voilà le troisième millénaire…

La foire du jouet 2014 de Nuremberg est finie. Pour rappel, il s’agit d’une foire internationale du jouet où beaucoup de constructeurs présentent leur nouveautés. Le train miniature y a comme toujours sa place.

De nombreuses nouveautés ont été annoncées, mais parlons plutôt de ce qui nous intéressent le plus sur ce blog: les gadgets techiques pour le train miniature.
Il y a 3 ou 5 ans, les constructeurs Européens ont commencé à comprendre: pour sauver le train miniature, il faut attirer les enfants, et conserver les adultes. Le monde d’internet et des objets intelligent étant bien sûr une cible privilégiée.
Roco et Fleischmann ont été les premiers à rentrer pleinement dans cette nouvelle ère, avec leur centrale Z21, qui nécessite un smartphone puisqu’elle n’a aucun bouton physique ou écran. Je n’ai pas testé la centrale en détails, mais après quelques bugs de jeunesse et des mise à jour, il semble que cette centrale plaise beaucoup.

Mais pas pour tout le monde…

Aujourd’hui, je souhaite mentionner quelque chose qui me dérange. Je cite souvent un excellent article (en Anglais) sur le site Quinntopia de Jerry, qui souligne le manque d’ergonomie dans les commandes de train miniatures. Voici un commentaire du même acabit..

En résumé: certains marques semblent être en 2014, alors que d’autres se croient encore dans les années 1990. Pour souligner cet argument, comparons deux nouveautés annoncées à Nuremberg:

Mobile Control II d’ESU: un appareil Android complet

J’ai tweeté a propos de cette nouveauté dès que j’en ai entendu parlé. La Mobile Control II d’ESU me parait très intéressante, même si je n’en aurai probablement jamais vraiment besoin. La page de description n’est qu’en Allemand, pour le moment, mais voici une traduction automatique google.

Il s’agit d’un smartphone Android (bien qu’en réalité sans module téléphonie). Il y a un écran tactile bien sûr, mais aussi surtout: un bouton rotatif pour controller la vitesse des trains. Il se connecte en Wifi à l’ECOS II d’ESU, et permet de controller les train avec l’app officielle d’ESU annoncée sur le Google Play store.
Pourquoi est-ce intéressant? Parce que quiconque commande déjà ses trains via smartphone/tablette, sait que ces modes de contrôle ont un petit défaut. Il est agréable d’avoir un écran tactile, mais un bouton de réglage physique permet de controller un train en regardant le réseau, pas le smartphone (de la même manière que vos doigts « connaissent » la télécommande, de sorte que vos yeux restent sur la TV).
Certains trouveront donc la nouveauté ESU superflue; personnellement, je trouve que c’est le meilleur des deux mondes!

De plus, ESU annonce clairement que son appareil sera « ouvert ». Il s’agit d’un appareil Android classique, donc on pourra par exemple communiquer par Skype (notamment entre membre pour les expos).
ESU annonce également qu’ils ouvriront « l’API » du bouton de vitesse (et de 4 autres boutons physiques) à tous les développeurs. C’est une excellent nouvelle pour ceux qui n’utilisent pas la centrale ECOS II d’ESU. Qu’est ce que cela veut dire exactement?
Prenons l’exemple d’un utilisateur de la centrale Roco Z21. Il pourra, dès le début, installer l’application Android « Z21 » sur le Mobile Control II d’ESU (puisque c’est un appareil Android comme les autres). Par contre, le régleur de vitesse et les 4 boutons physiques resteront sans fonction: ils ne font pas parti des boutons « standards » d’un téléphone Android. Avec une API ouverte, cela veut dire qu’avec un petit effort de développement, Roco pourra implémenter l’usage du régleur de vitesse dans on application Z21 android. Cela ferait de la Mobile Control II (par exemple pour la Z21) une excellente commande à distance universelle.
Soyons clair cependant: ce n’est pas parce qu’ESU rend l’API publique, que les concurrents vont décider de l’implémenter! Dans le monde du train miniatures, les stratégies de technologies ouvertes sont pourtant suffisamment rares pour être mentionnées: chapeau donc à ESU!

Uhlenbrock’s Daisy II: retour vers le futur

Un avertissement: je vais être méchant avec le constructeur Uhlenbrock. Il s’agit d’une marque respectable, j’ai d’ailleurs plusieurs de leurs produits, beaucoup que j’apprécie, d’autres moins.

Regardons déjà les sites internet (ESU vs. Uhlenbrock). Il faut avouer que le site d’Uhlenbrock ressemble dangereusement à un site web des années 2000, sans compter qu’il n’est même pas traduit en Anglais.
Mais cela ne veut pas dire qu’Uhlenbrock est dépassé…enfin, peut être. Je vous présente, Mesdames et Messieurs, la Daisy II: la tentative ratée d’Uhlenbrock pour rester dans la course des manettes de contrôle sans fil…

La Daisy II propose tout ce dont vous auriez pu rêver…il y a 10 ans de cela. Il n’y pas encore de page web pour ce produit, rendez vous donc sur la page 5 de la brochure des nouveautés Uhlenrbock (en Allemand seulement, mais les photos parlent d’elles-mêmes).
Oui, vous ne rêvez pas. Alors que tous les constructeurs passent à l’age du smartphone et du wifi, Uhlenbrock nous propose une affreuse télécommande noir & blanc (cela ne vous rappelle pas les centrales Intellibox?).
Attention, ce n’est pas tout. En plus de la télécommande dépassée avant même sa sortie, il vous faudra dépenser encore plus de sous. Comme la Daisy II n’utilise pas le Wifi, mais un protocole maison, il faudra acheter un « Funk Master LN » pour le connecter à votre centrale Intellibox (le nom n’est pas une blague, sauf que bien sûr « funk » signifie « radio » en allemand).
Quant à la Daisy II en détails? Et bien encore une fois, regardez les photos. Uhlenbrock se paye le luxe de se vanter d’un magnifique « écran haute résolution avec texte jaune ». Ce qui en d’autres termes veut dire: une unique couleur d’affichage, sur environ 4 lignes! 

Mais arrêtons ici. Vous m’avez compris… je pense qu’Uhlenbrock a un problème de génération. Je n’ai rien contre les solutions « propriétaires » si elles marchent, mais là en plus, le produit proposé est ressorti de la naphtaline.

Pour finir, juste pour se détendre, voici un tableau de comparaison:

 ESU Mobile Control IIUhlenbrock Daisy II
ConnectivitéWifiLien 868Mhz propriétaire
Autres appareils requis?Non (voir ci-dessous)Oui, au moins le "Funk Master LN" pour lier la Daisy II à votre centrale
Centrale de la même marque requise?Non (appareil Android ouvert). Par contre au début, seul l'app ESU pour l'ECOS II permettra d'utiliser le régulateur de vitesse physique.Oui
Ecran tactileOuiNon (et puis quoi encore?)
Taille de l'écran480x800pxA peu près 4 lignes de texte/icones
Couleurs de l'écranEncore inconnu (probablement milliers ou millions)1 couleur (jaunâtre)
Plateforme ouverteOui (Android)Non
Boutons physiques416 (principalement un pavé numérique, puisque pas d'écran tactile)

Arrêtons nous là

Uhlenbrock contre ESU, pour moi, le match est déjà gagné. Si vous vous intéressez à la commande sans fils de vos trains, oubliez Uhlenbrock, et tournez vous vers les marques qui sont à jour (ESU, Märklin, Roco…plus ou moins tous les autres acteurs).

J’espère n’avoir vexé personne, n’oubliez pas qu’il ne s’agit que d’une opinion personelle, basée sur des produits seulement annoncés.
En tous les cas, je m’inquiète pour le futur d’Uhlenbrock – un acteur majeur au demeurant – s’ils continuent à trainer avec ce genre de fausses nouveautés. Ils ont sûrement d’excellents inégnieurs, ils leur faudraient maintenant de bonnes idées…
Vous pensez que j’exagère? N’hésitez pas à commenter!

Liens externes

J’ai préféré ne pas poster de photos des produits pour des raisons de copyright. Merci de vous référer aux brochures de nouveautés respectives: