Si vos locomotives et votre réseau sont déjà en digital, vous voudrez peut être un jour aller plus loin. Avec les nouveaux outils, tout devient possible: centrales à écran tactiles, contrôle par ordinateur.
Mais dans tous les cas, il faudra automatiquement mettre en place un système de détection de présence des trains, pour que votre système sache quels cantons sont occupés ou pas.
Il existe plusieurs standards de système (ou « bus ») de détection, voici une présentation sur 2 d’entre eux: le S88 et le Loconet.

Aperçu des 2 systèmes:

S88, aux origines

Ce bus est un des plus anciens, et surtout un des moins chers. Inventé pour Märklin il y a plus de 15 ans, il est simple dans son principe également.

C’est un bus « série »: les modules sont connectés en chaine, les uns après les autres. Il n’y a pas d’adressage des modules possibles: les informations remontées à la centrale sont, et donc les numéros des cantons, dépendent de la position du module dans la chaine, et de son nombres de cantons surveillées (8 ou 16 normalement):

Le principe du S88

Les modules sont connectés par des cables (souvent plats), avec 6 pins; aussi bien entre eux que vers la centrale.

Cable S88

A noter qu’il existe maintenant une alternative à ces câbles, parfois sujets à des interferences: l’utilisation de câbles réseaux RJ45 standards (ceux utilisés dans les réseaux d’ordinateurs). Cette norme semi officielle est le S88-N. Il a été désormais adopté par plusieurs constructeurs (surtout allemands), et les prises RJ45 sont à utiliser au choix, à côté des prises traditionnelles.
Il faut noter par contre, que l’utilisation de cables réseaux ne permet en aucun cas de connecter la chaine S88 directement à un ordinateur ! Ces cables sont simplements utilisés parce qu’ils sont souvent moins chers, faciles à trouver, et surtout protégés d’origine contre les interferences.

Un module de LittfinskiDatenTechnik ©
Equippé à la fois de prises classique (S88) et RJ45 (S88-N)

Loconet, l’universel

Loconet a été développé par  Digitrax aux Etats-Unis. C’est une norme semi ouverte: le constructeur distribue des licenses pour construire des modules sur cette norme, et elle est bien documentée.

Le Loconet est par contre très différent du S88, pour 2 raisons:

  1. C’est bien plus qu’un simple bus de contrôle d’occupation
    Il y a une grande variété de modules Loconet, pas seulement des modules de détection: des modules de commandes d’aiguillages, sonores…
  2. La topographie du réseau est libre
    Contrairement au S88, un Loconet peut être complexe a volonté. Tant que vous ne connectez pas une boucle dans le réseau, vous pouvez faire ce que vous voulez: réseau en arbre, en chaines, avec des branches. En réalité, ceci est très similaire au principe d’un réseau informatique.
    Une conséquence bienvenue de ce principe, c’est que vous décidez de l’adresse de chaque module en le programmant une fois pour toute: quelle que soit sa place dans le réseau (surtout si vous modifiez ou ajouter des modules), l’adresse restera la même, et il ne faudra pas reconfigurer votre centrale ou votre logiciel de commande.

Exemples de topographies réseau, applicable au Loconet (Source: http://en.wikipedia.org/wiki/Network_topology)

 

Le Loconet se base sur des prises RJ12, ce sont les mêmes prises que les « RJ11 » qui est le standard téléphonique américain. Vous avez surement déjà vue une des ces prises: elles sont présentes sur la plupart des modems ADSL pour connecter votre « BOX » à la prise téléphone.
La grosse différence cependant entre le RJ12 et le RJ11, ce n’est pas la prise, mais le fait que le RJ12 (et Loconet) nécessitent 6 laisons électriques (contre 4 pour le RJ11 téléphonique).

Un cable loconet, prises RJ12 aux bords

Lequel est à conseiller?

Tout dépends de vos besoins, et de vos projets d’extensions! J’ai moi même commencé avec le S88.
Le S88 est parfois accusé d’être peu sûr, sujet aux interférence. C’est sûrement vrai sur de très grands réseaux, et encore, l’utilisation de cables RJ45 (nouvelle norme S88-N) permet grandement de réduire le risque.

Le Loconet, plus complexe au premier abord, est beaucoup plus flexible. J’ai fini par me convertir au Loconet en décidant de construire un réseau en modules. Ainsi, je pourrai à l’avenir intercaler de nouveaux modules, sans avoir à reprogrammer tous mes détecteurs Loconet existants (il conserveront les mêmes adresses, où qu’ils soient dans la chaîne Loconet).

Biensûr, tout ceci dépend aussi de la centrale DCC que vous choisirez, voici une liste – non-exhaustive – de compatibilité:

Centrale S88Loconet
Uhlenbrock - Intellibox 1
Uhlenbrock - Intellibox Basic
Uhlenbrock - Intellibox II
Uhlenbrock - IB-Com
* S88 seulement dans les nouveaux modèles.
Attention: le modèle avec S88 porte la même
référence que l'ancien.
*
ESU - ECOS I
ESU - ECOS II
Digitrax - DCS51

Plus de détails seront publiés sur ce blog plus tard.

Quant à vous, qu’en pensez vous? Utilisez vous une autre norme (XpressNet…) ? N’hésitez pas à commenter!